Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 mai 2017 7 21 /05 /mai /2017 15:03

20 ans après sa disparition, la famille et les amis proches de Colette Magny se retrouveront le samedi 17 juin à Verfeil-sur-Seye (Tarn-et-Garonne), pour une journée de recueillement et d'hommage.

Repost 0
20 mai 2017 6 20 /05 /mai /2017 15:17

 

A l'occasion de la projection du film d'Yves-Marie Mahé sur leur tante, Benoît, Perrine et Grégoire Magny étaient de passage à Malakoff.

A la fin de la projection, ils se prêtèrent au jeu des questions-réponses des spectateurs pour évoquer Colette Magny, l'artiste et la femme.

Grégoire Magny se rappela notamment le gala de l'ESSEC à Jouy-en-Josas qui fut très mouvementé. Devant le peu d'attention accordée au spectacle autour du disque réalisé avec l'Institut médico-pédagogique de Fontenay-le-Château. Colette Magny avait alors demandé d'allumer les lumières de la salle et suggéré à ceux qui ne respectaient pas son travail de quitter la salle. La salle devint ainsi très clairsemée...


Pipi caca story par richardperrichon

Perrine Magny se livra à une explication de texte de la chanson la plus célèbre de Colette Magny, "Melocoton", dans laquelle elle évoque les membres de sa famille : sa mère et ses neveux (Benoît=Melocoton, Grégoire=Boule d'or, Perrine, et Christophe).
Colette Magny, un personnage "écrasant et d'un niveau inatteignable de pureté" selon sa nièce. Et pour Benoît Magny, sa tante était "impressionnante et effrayante, avec beaucoup de tendresse et d'amour".

 

Enfin, si cela fait 20 ans que Colette Magny est décédée, tellement ses chansons résonnent très fortement avec l'actualité, "Colette Magny "a" vingt ans" estime Grégoire Magny. "Ses chansons ne sont pas d'un temps passé, elles sont l'air d'aujourd'hui". Ainsi, les membres de sa famille et les amis proches effectuent actuellement un travail de recherche, de documentation pour monter un spectacle et ré-éditer l'intégralité de ses chansons. A suivre donc de près...

Repost 0
20 mai 2017 6 20 /05 /mai /2017 13:46

A Malakoff, dans le cadre du festival Festiva'Son, Yves-Marie Mahé est venu présenter le documentaire qu'il a réalisé sur Colette Magny. Il avait déjà abordé en 2014 cette artiste dans une émission intitulée "L'underground musical français post-68 et pré-punk" sur France Culture.

Interpellé par l'actualité des sujets abordés dans les chansons de Colette Magny, Yves-Marie Mahé s'est intéressé aux interviews télévisées de l'artiste, la construction et le cheminement de son oeuvre. Au final, c'est un documentaire qui restitue avec beaucoup d'émotion, toute la sensibilité, l'humour, la révolte et l'énergie de Colette Magny.

 

Repost 0
16 mai 2017 2 16 /05 /mai /2017 13:06

Evoquant la restauration du bateau-lavoir à Nantes, Ouest-France rappelle que "la péniche qui servait autrefois de scène aux troubadours, quai Van-Iseghem, à Nantes, au bord de l'Erdre, a été le célèbre café-concert du Nantes des années 1970 [...] Les artistes n'y faisaient pas recette mais on se refilait l'adresse, promesse de joyeuses veillées à venir. Mouloudji, Félix Leclerc ou Colette Magny ont connu les petits matins au bord de la rivière."

 

Repost 0
11 mai 2017 4 11 /05 /mai /2017 12:35

Samedi 13 mai, à partir de 18h, chez le disquaire Arbouse Shop (Le Drugstore), 12 rue du bal à Rodez, à l'occasion de la séance de dédicace de l'essai d'Alain Caucat : "Mômographie à l'usage des bien-pensants, Artaud et le Caraque à Rodez", il sera présenté et proposé d'écouter des musiciens et projets qui se sont inspirés d'Antonin Artaud, ou qui s'en sont réclamés de près ou de loin : Bauhaus, Gainsbourg, Rabioso Pescado, John Zorn, Pierre Henry... Nous découvrirons pour l'occasion le travail de Colette Magny sur Artaud

Plus d'informations : cliquez ici

Repost 0
11 mai 2017 4 11 /05 /mai /2017 12:24

Silof Daboc, "chanteur et scribouillard amiénois" comme il se décrit sur sa page Facebook, se livre à une reprise toute personnelle de la chanson de Colette Magny, "La mort me hante" :

 

Repost 0
11 mai 2017 4 11 /05 /mai /2017 12:02

L’association la Fabrica’son organise son 13eme Festiva'son 2017, festival de Jazz et musiques improvisées, à Malakoff (92) du 17 au 21 mai. Dans la programmation, on relève un documentaire inédit sur Colette Magny suivi d’un débat :

Samedi 20 mai, à 17h00, salle des fêtes Jean-Jaurès, entrée gratuite 

Séance cinéma "La chanson politique de Colette Magny" (documentaire de Yves-Marie Mahé)

Il y a 20 ans, en 1997, Colette Magny décédait. Ce film à base d'images d'archives rend un hommage légitime à cette grande dame de chanson française, injustement oubliée et dont l’œuvre reste d'une brûlante actualité. Très tôt, elle a refusé la carrière dans le show-business que sa voix et son talent lui offraient. Elle choisit alors l'engagement politique et la recherche musicale. Blues, Free-jazz, collage, anti-poésie, voix parlée, chanson-enquête, musique contemporaine seront les armes de son combat et de sa quête.

Repost 0
26 avril 2017 3 26 /04 /avril /2017 20:08

L’association "En Garde! Records" annonce un hommage à Colette Magny durant 3 semaines en octobre afin "de faire découvrir ou redécouvrir cette artiste immense, en recontextualisant son engagement et en créant des ponts avec les pratiques de la création artistique d’aujourd’hui. Une exposition permanente sera présentée au Hall de la chanson à Paris, et des évènements artistiques et culturels auront lieu quasiment tous les jours, au Hall et dans d’autres lieux parisiens : concerts, spectacles, conférences, cafés-débats, pièce de théâtre, contes pour enfants…"

Plus d'info : cliquez ici

Repost 0
3 mars 2017 5 03 /03 /mars /2017 12:28

Pour fêter ses 10 ans d'existence, Roule ta bosse!& Cie programme un hommage à Colette Magny le dimanche 26 mars à 16h à Muneville-sur-mer (Manche).

Plus d'information : cliquez ici

Repost 0
27 février 2017 1 27 /02 /février /2017 21:04

Le webzine L'influx consacre un article aux chansons expérimentales intitulé "Avant, après 1968… le long mai de la chanson" (extrait):

"Il y a des années où on a envie de ne rien faire"... c'était le slogan du label Saravah, fondé en 1965 par Pierre Barouh, mort le 28 décembre 2016. Un appel rêveur et nonchalant au milieu de la fronde culturelle des sixties finissantes. Et à force de ne rien faire, c'est un véritable printemps de la chanson qui s'ensuivit...

[...]

LA VAGUE FREE

A la fin des années 60, de nombreux musiciens américains de free-jazz partent pour l’Europe. La promesse d’un public accueillant, friand de « new thing », l’envie de fuir un climat politique et racial tendu, et parfois d’autres raisons moins avouables poussent des musiciens comme Don Cherry, Alan Silva, Sunny Murray ou Steve Lacy à traverser l’Atantique.

Le free-jazz est porteur d’une révolution musicale, qui s’affranchit des « standards » et des grilles harmoniques du jazz « mainstream » Il manifeste aussi une éruptivité rageuse et une soif d’exploration sans limites, aux confins de l’abstraction et du bruit. Il est en même temps pour beaucoup l’occasion d’un retour sur les racines de la musique noire américaine, depuis les sources africaines jusqu’au temps de l’esclavage. (Art Ensemble of Chicago, Albert Ayler, Sun Ra…)

Le free-jazz devient pour les artistes afro-américains associés aux mouvements pour l’émancipation noire, le vecteur d’une revendication portée notamment par le Black Panther Party, et qui passe aussi par la recherche d’une « Great black music ».

FREE-JAZZ ET CHANSON LIBÉRÉE

Cette plasticité musicale, ce sens de la transgression esthétique et de la révolte politique font du free-jazz une inspiration pour la scène hexagonale. Elle trouve là un moyen de faire éclater le format chanson, de l’emplir d’un souffle contestataire, de l’ouvrir à de nouvelles sonorités, à de nouvelles façons de dire,  de poétiser et mettre en musique …

L’exemple le plus connu encore aujourd’hui est sans doute la collaboration entre Brigitte fontaine et l’Art Ensemble of Chicago, sur l’album Comme à la radio  (1969). Mais il faut au moins évoquer aussi l’oeuvre puissante et habitée de Colette Magny, (in)cantatrice rouge. L’auteure de  Mélocoton ou des  Gens de la moyenne enregistre en 1972 l’album Répression. Elle y lance plus qu’elle ne chante, des harangues politiques sur un jazz hypnotique emmené par le pianiste François Tusques, cheville ouvrière du free-jazz en France.

Clairement engagé à l’extrême gauche, ce compagnon de jeu de Michel Portal, Barney Wilen, Aldo Romano ou Sunny Murray publie des albums instrumentaux d’inspiration maoïste (Dazibao I et II), puis se consacre plus particulièrement à l’animation des luttes via des collectifs, fondant par exemple l’Intercommunal Free Dance Orchestra (1971) ou le Collectif du Temps des Cerises (1974), créateur du disque Dansons avec les travailleurs immigrés.

Repost 0