Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 juillet 2009 1 20 /07 /juillet /2009 14:05
C'est un monument de la chanson

Lu dans " L'avènement d'une ville universitaire ; la création de Louvain la neuve ; hommage à Michel Woitrin" de Françoise Hiraux (Ed. Adademia), pages 54-56, dans la partie consacrée à la vie universitaire à l'automne 1968 :

"L'Université a racheté une bonne partie des locaux appartenant jadis aux Frères des écoles chrétiennes, le Placet, situé boulevard de Malines. C'est là que le CET (Centre d'études théâtrales) qui avait commencé l'an dernier dans l'obscurité des caves, a pris sa place au soleil, notamment dans l'ancienne chapelle transformée en salle de spectacle. La barbe du pope d'Armand Delcampe y ordonne des liturgies nouvelles.

En plus du programme complémentaire proposé aux étudiants, le CET a décidé d'empoigner la grave question d'une culture pour aujourd'hui. Premier récital : trois soirées avec Jacques Hustin et Colette Magny. Fin, délicat, charmeur, Jacques Hustin recueille des applaudissements distingués et sympathiques. Mais Colette Magny, c'est autre chose : ça vous tombe dessus sans avertissements, ça vous arrive en pleine figure, ça hurle, ça déchire, ça râle, ça arrache, ça crache, ça cravache. Ça c'est un monument de la chanson. Ses thèmes sont l'actualité douloureuse de la souffrance ou de la dignité humaines, Hiroshima, Viet-Nam, Cuba, Che Guevara (...) Le récital est suivi d'un débat : ce n'est pas la meilleure partie. On rattrape vite sa sécurité dans les discussions. Un truc pareil, il faut le jeter à la tête des gens, puis s'en aller en leur laissant le paquet. Soirée discutable, certes, c'est-à-dire à discuter. C'est en tout cas le genre de recherche qui convient à un milieu universitaire. Hélas ! quatre cents personnes pour les rois séances, n'est-ce pas un peu peu ?"

Partager cet article

Repost 0

commentaires