Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 juin 2012 5 22 /06 /juin /2012 11:02

Billet publié sur le blog "Chanson rebelle" et intitulé "Une demande d'aide de Pierre Pouveze pour continuer son film sur Colette Magny" : 

 
Pour aller "Sur les pas de Colette Magny", il n’est pas nécessaire de l’avoir rencontrée, mais ça peut être pour la rencontrer même si ce ne sera pas forcément physiquement – pour maintenant qu’elle est décédée, quoique par sa voix enregistrée.

Mais alors pourquoi la rencontrer ?

Pour moi la première fois, en 1963, à l’écoute «en aveugle» du disque 45 Tours 4 Titres Melocoton/Basin street blue, j’eus cette réaction : «Oh fan ! la chanteuse noire américaine !» avant de découvrir son teint blanc et laiteux et son visage poupon sur la pochette du disque.

Puis, en 1975, rencontre «de visu», en concert, sur la scène du Théâtre Toursky à Marseille : elle était seule sur scène, assise, sa guitare perdue entre ses bras, enrhumée, nous dit-elle. Ce fut le coup de foudre avec sa chanson Camarade-curé, et les voix du  Chœur des Prêtres Basques Gogor arrivant du fond de la scène, en bande-son, accompagnant son refrain : «Non je ne veux d'une civilisation comme celle-là !» dans un engagement que d’aucun dise paradoxal.

Ainsi, sans le savoir, j’étais sur ses pas.

Je pourrais continuer par 1983 et Colette offrant à mon ami Maurice son disque noir Jazzy/Titine, pour lui avoir prêté une guitare pour un concert improvisé dans le petit amphithéâtre du centre Léo Lagrange Ste Elisabeth à Marseille. Concert improvisé car elle était venu à Marseille non pour chanter mais pour participer à une Commission Handicap et Culture à l’hôpital de La Timone, je crois. Dans ce disque on redécouvre sa manière de chanter le standard de Billie Holliday, Strange fruit, et son engagement du côté des noirs américains avec l’hymne des Blacks Panthers The meeting, à un moment, après 1981 et le changement politique à un moment où elle pensait revenir simplement à la belle chanson…

En 1989, Télérama nous apprendra qu’elle lance un souscription pour son disque KEVORK, et avec mes amis de Chansons de l'événement nous lui passons commande et commençons une correspondance qui ne s’achèvera qu’avec son décès.

En 1996, le 22 Novembre, nous organiserons un concert Sur les pas de Colette Magny, au théâtre du Merlan, scène nationale, avec 3 heures et demi de chanson et de musique et une communication téléphonique avec Colette qui ne pouvait être des nôtres, déjà alitée…

Aussi, réalisant un film sur Colette Magny et son œuvre, je vous propose que nous allions Sur les pas de Colette Magny, en retrouvant tous les lieux où elle a pu chanter avec tous les éléments qu’on pourrait retrouver : dates, lieux, salles,  organisateurs, affiches, articles de presse, émission radio, télé, et/ou vos propres témoignages…

 

Vous pouvez contacter Pierre à cette adresse : prouveze.pierre@neuf.fr ou en lui téléphonant au 06.03.82.92.11. Merci l'ami Pierre pour cet énorme travail de fourmi afin de réaliser un film sur Colette, hélas trop tombée dans l'oubli.

 

Gérard Gorsse, Juin 2012

Partager cet article

Repost 0

commentaires

leonardo verde 14/09/2012 23:43

Vous pouvez voir un foto de Luis Cilia avec Colette Magny, dans ce page (prés du centre en bas)

merci pour mantenir cette espace sur l'internet

16/09/2012 10:07



Merci beaucoup à vous pour cette indication



Eva Carlson 11/08/2012 14:26

Bravo Gérard et Pierre d'entretenir le souvenir de cette chanteuse et femme exceptionnelle par son intégrité ! Je l'ai découverte tardivement, au début des années 90 mais elle a conservé une place
dans mon cœur depuis.

Je reprends d'ailleurs quelques unes de ses chansons sur scène parfois.

Amicalement,
Eva.