Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 septembre 2009 2 01 /09 /septembre /2009 08:00

"Camera politica, dialectique du réalisme dans le cinéma politique et militant" de Emmanuel Barot, Ed. Vrin, septembre 2009, page 43 :

 

Le CCPO [Centre culturel populaire Palente Orchamps] organisait des projections (dont Afrique 50 de René Vautier, puis les grands films de Eisenstein), des spectacles, des montages-hommages, par exemple à Prévert, où encore Colette Magny, dont une chanson constitue la bande-son du premier opus de la trilogie "Nouvelle société" (1969) du groupe de Besançon. Ces films construits autour d'un récit-témoignage individuel mettent en lumière un visage éminemment actuel de cette "nouvelle société" dont la présidence Popidou avait fait son leitmotiv - films là encore au montage vif, saccadé, agressif, au rytme tendu, témoignant d'une contestation épidermique et d'une détermination radicale à l'égard de cet énième bavardage idéologique.

Partager cet article

Repost 0

commentaires