Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 mai 2005 4 05 /05 /mai /2005 07:38

Extrait de l'article d'Annick Peigne-Giuly paru dans Libération du 05/05/2005 intitulé "Chant de bataille" à l'occasion de la publication du livre "Les guerriers nus" de Jean-Marie Lamblard :


«La contrée où prospèrent les Matugénos forme un delta. Majuscule, sa pointe en amont se perd dans la vallée du Rhône là où naît le grand vent. Vaste pays celant entre le compas de ses jambes la mystérieuse Crau, c'est le centre du monde. Il s'épaule à l'Alpe, pose sa tête contre le Ventoux, coudoie l'Ibérie et tient dans ses doigts l'eau amère et l'eau fertile, le Vaccarès et l'étang du Martègue. Ce grand corps a les pieds dans la mer, un crabe appelé Massalia lui ronge le talon gauche.»

C'est dans ce même triangle matriciel où se situe son livre qu'a grandi Jean-Marie Lamblard. Là qu'a monté la pâte dont il est fait. Entre un père boulanger et une mère qui emmenait les enfants écouter les Choralies au théâtre antique de Vaison. Ce lointain descendant des Matugénos y reviendra, après la guerre d'Algérie, se faisant éleveur de pintades pour nourrir la famille. Avant d'en faire la matière de ses livres. Le "Vautour, mythes et réalités" en 2001, "L'Oiseau nègre, l'aventure des pintades dionysiaques" en 2003, et enfin ces "Guerriers nus", consacré aux Celtes méditerranéens qui se soulevèrent, en 405 avant Jésus-Christ, contre la Marseille antique, fondée par des Grecs partis d'Orient : trois ouvrages qui doivent autant à la recherche scientifique et historique qu'à l'âme romanesque, souvent épique, de Jean-Marie Lamblard.

Depuis la boulange de sa prime enfance, il a vécu plusieurs vies qui se sont empilées comme pour un millefeuille et c'est ce même goût que l'on retrouve dans ses livres tant il superpose avec gourmandise tout ce qu'il lui a été donné à voir et à sentir. Les pouvoirs étranges de "l'oiseau nègre", les vertus oraculaires de sa terre, le puissant métissage celto-grec des Provençaux. Son éducation s'est faite dans la ferme du grand-père, auprès de l'instituteur communiste du village, avec la bibliothèque d'un pasteur de la Mitidja, puis les pintades, le théâtre de Jean Vilar en Avignon, celui du Living Theater... Le fils du boulanger finira par soutenir une thèse d'ethno-zoologie en 1979 à la Sorbonne. Son amie, la chanteuse Colette Magny, en fera un spectacle, "Kevork ou le délit d'errance".

[...]

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires