Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 décembre 1974 4 12 /12 /décembre /1974 14:53

Article paru dans Témoignage Chrétien du 12/12/1974 :

Voici déjà plus de dix ans que CoIette Magny s'exprime par la chanson. Sans concession, refusant la carrière commerciale qu'elle pouvait espérer à l'époque de « Melocotton » qui atteignit le sommet des hit-parades, en pleine période yé-yé. Censurée par la radio et la télévision elle s'est imposée par ses recherches musicales et sonores, et aussi par la force de ses textes.

     « On a collé à mes chansons des étiquettes dont j'ai horreur. Je n'ai jamais fait de chanson politique, militante ou dite « engagée », systématiquement. Cela a été le fait de rencontres avec des hommes et des femmes où, avec des situations. Il s'est trouvé que l'actualité directe disons, évidente, m'a frappée plus que des choses nées de l'imagination. » C'est ainsi qu'en 1967, elle consacre un disque au Vietnam (1). Elle y chante aussi la poétesse Louise Labbé. De même, en 1968, elle salue le mois de mai dans « Nous sommes le pouvoir » (2). Dans son troisième disque « Feu et rythme » (3), elle aborde le problème noir aux Etats-Unis. Elle y revient dans « Répression », disque sorti il y a déjà deux ans.

     Mais sonactivité est plus étendue. Elle chante dans les foyers de jeunes travailleurs, les MJC, les usines; Les galas de soutien auxquels elle a participé ne se comptent plus. On l'a vu aussi bien chez les « Lip » qu'au Larzac. Trop souvent cependant on l'a utilisée. « Je suis une chanteuse potiche » dit-elle. Des groupuscules d'extrême gauche l'insultent parfois, la traitant de « crapule stalinienne et réactionnaire qui utilise le mot révolution pour faire du pognon et du réformisme ». Elle en est scandalisée. « II y a huit ans, dit-elle, c'étaient les fascistes qui venaient m'attaquer et j'étais seule à l'époque, moins connue que maintenant. Mais qu'actuellement ce soit une partie de l'extrême-gauche, si infime soit-elle, qui me traîne dans la boue et perturbe mes spectacles, je n'en reviens pas ! » Et d'ajouter : « de tout cela, j'ai failli crever au mois d'avril ! »

   Elle n'en continue pas moins son combat à travers la chanson avec détermination. La meilleure preuve en est sa participation au spectacle collectif « Chants de femmes » présenté pour la première fois au « Capitole » de Bordeaux lors de la semaine du « SIGMA 74 », les 22 et 23 novembre derniers. Avec Catherine Ribeiro et Toto Bissainthe, elle a enthousiasmé les cinq mille spectateurs présents. Elle sera à Paris le 15 décembre à l'Olympia. Et à nouveau, le 19 décembre, elle participera avec Francesca Solleville, Graeme AlIwright, aux « 4 heures pour la Palestine», toujours à Paris, salle de la Mutualité. Depuis décembre 1970 où elle avait chanté à la salle Gaveau on ne l'avait plus entendue. Une raison supplémentaire, pour aller l'écouter ces prochains jours.

Jean RABINOVICl

  (1) « Vietnam 67 » 30 cm Le chant du Monde TK 74319
  (2) « Magny 68 » 30 cm Le chant du Monde TK 01
  (3) « Feu et Rythme » 30 cm Le Chant du Monde 74.444
  (4) « Répression » 30 cm Le Chant du Monde 74.476

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires