Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 mai 2007 2 22 /05 /mai /2007 12:22



Article paru dans le Jura Libertaire :

Résume l’esprit de ces implacables essais documentés dans un scopitone révolutionnaire sur une chanson originale de Colette Magny. Rappelons que, à l’époque comme aujourd’hui, il est interdit de tourner dans les usines et qu’il s’agit donc de plans volés, volés à la censure sociale, volés à la fatigue, volés au désespoir ordinaire qui s’attache à la condition ouvrière dans une société de contrôle.


--------------------------------


Présentation du film Rhodia 4/8 :

Réalisateurs : Groupe Medvekine de Sochaux
Producteur : ISKRA

 

Un jour de l’année 62, Colette Magny plaque son poste de secrétaire bilingue à l’OCDE. Comme La Suzanne de Classe de lutte, elle choisit soudain un autre chemin, sans trop savoir où il mène ; l’important, on le sait, est que ce chemin ait un cœur. La Magny, à trente-six ans frappés, va donc pousser la chanson sans avoir jamais appris la musique, sans même savoir tenir une guitare. Les destins s’inventent très bien. Passée une première phase de reconnaissance (signature chez CBS, un tube, Melocoton, Magny chante la Bretagne, les mineurs du Nord, Cuba, les Hibakushas d’Hiroshima (Vietnam 67) et rejoint tout naturellement, appelée par les membres du CCPO en 68, la grande aventure des Medvedkine. Dans Rhodia 4X8 sont reprises des images d’un film d’entreprise : puisqu’on interdit aux ouvriers de filmer leur travail, il faut jouer au plus fin : soit faire des images incognito, soit réemployer les images officielles… Avec la voix de Colette Magny, ce film donne un autre sens au travail en usine.

Partager cet article

Repost 0

commentaires