Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 juin 1997 5 13 /06 /juin /1997 16:58
L'Humanité du 13/06/1997 :
"Les gueules de loup
sont des bêtes
Les gueules-de-loup
sont des fleurs
"
Du Victor Hugo mis en musique et chanté par Colette Magny. Qui a aussi clamé : "J'ai le mal de vivre"... Elle ne l'aura plus : Colette Magny est décédée hier, à l'âge de soixante-dix ans. Laissant derrière elle un tas d'amis et d'admirateurs. De ses chansons, de son jazz, de ce qu'elle devait être : colérique, poète et musicale (est-ce que ce mot existe ? en tout cas, il lui va bien). La rage, la poésie et la musique  à l'état pur.
Pas une "soixante-huitarde" comme cela sera sans doute dit : son premier disuqe était sorti au "Chant du monde" bien avant cette date.
Une obsession de l'antiracisme. Témoin, sa chanson : "Melocoton, et Boule d'or/ Deux gosses dans un jardin"... Dans les dernières années, elle s'était tue. Déprime ou vieillesse ? Cela la regarde, mais c'est une vraie douleur pour ses copains. Qui n'étaient pas obligés de la connaître, mais qui participaient à la "famille coup de poing".
Interviewée par Zoe Lin, dans nos colonnes, elle avait eu ce mot, en février 1995 : "Même en fauteuil, je suis prête pour la révolution"...
L'insoumission, l'insolence et la volonté de subversion resteront ses trois marques de fabrique.
Jean Chatain

Partager cet article

Repost 0

commentaires