Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 juin 1979 5 01 /06 /juin /1979 14:00

Dialogue avec Colette Magny (Désormais - n°1 - juin 1979)

Elle ne veut ni provoquer, ni choquer. L'ostentation, ce n 'est pas son style. Elle a bien trop peur de blesser qui que ce sait. Alors, raconter sa vie. ses pensées, ses sentiments ? Oui, si cela peut aider les autres à mieux s'accepter, à  mieux s'aimer...
Elle appelle un chat un chat ? Toujours. Mais avec pudeur et tendresse. Lorsqu 'elle va droit au but ce n'est que pour aller droit au coeur. Elle a le courage de ses idées aussi et, j'allais oublier, elle a un rire... Ecoutez !


DESORMAIS : Colette MAGNY, à votre vis. le fait d'être une femme vous a-t-il compliqué les choses on vous les a-t-il facilitées ?
C.M. : Je ne sais pas ! De toutes façons, je trouve que vivre c'est tragique. Alors.... femme/homme... A un certain moment j'aurais préféré être un homme.

Ah bon ! Pourquoi ?
Un désir de puissance "apparente". En vérité, c'est très pénible d'être un homme : service militaire, foyer à fonder, enfants à nouririr. Quel ennui!...

Avez-vous l'impression que les femmes ont changé depuis dix ans ?
Oui... Oui. Sans aucun doute ! Je me demande seulement jusqu'à quel type de femmes, jusqu'à quelle classe de femmes...

Vous avez l'impression que cela s'arrête à un certain niveau ?
Je ne sais pas ! De toutes manières les femmes qui ont fait un travail de remue-ménage (tiens, amusant!) c'est bien et cela passera forcément le cap des idées.

Que pensez-vous du féminisme ?
Je pense que les femmes, même dans les mouvements virulents, disons, ont obtenu certains avantages : l'avortement, la contraception... Encore que pour l'avortement ce ne soit pas très sûr ! Il y a des tas de médecins qui refusent de le pratiquer... Mais enfin, c'est dans l'air et les féministes ont permis par leur extravagance parfois, par leur courage souvent, toutes les transformations qui se sont opérées. Il me semble que cela parviendra jusqu'aux dames ouvrières. Elles en entendent parler même si on le fait de façon très retenue, très contrôtée à la télévision, à la radio.
Alors c'est bien! Je trouve toujours que c'est bien, d'ailleurs, que les gens se révoltent et manifestent !...

Lorsqu'on dit que le féminisme a vécu, le pensez-vous aussi ?
Ah non, ça je ne le pense pas du tout, non ! J'ai lu, il y a quelque temps, le livre d'une dame qui disait que la révolution arriverait par les femmes, les vieillards et les enfants. Elle disait aussi, cette dame, du moins c'est ce que j'ai cru comprendre (mais c'est peut-être parce que je suis "obsédée sexuelle''!!!) qu'on ne se touchait pas assez ; qu'on n'était pas assez aimable du corps, et je trouve que c'est plutôt vrai.
Par exemple, l'idée ne me viendrai jamais d'aller sangloter dans les bras de mes plus cher(e)s ami(e)s, même si ce sont des ami(e)s que je connais depuis trente ans. Non, il faut quelqu'un de privilégié : un amant ou une amante. C'est dommage !

Colette MAGNY. je vous ai entendue, l'autre après-midi à la radio ; parlant d'amour et des êtres qui avaient compté dans votre vie vous avez fait mention d'un Américain, d'un Ecossais et d'une Irlandaise. Voilà une affirmation dont on n'a guère l'habitude sur les ondes...
 Vous croyez ???... Ah bon...

D'ailleurs, votre interlocuteur n'a pas relevé le propos, ce qui est dommage car les gens ont sûrement pensé avoir mal entendu... une Irlandaise ? Les femmes ne disent jamais ces choses-là ; pourquoi ne l'osent-elles pas ?
Vous pensez qu'elles n'osent pas ?

Oh oui ! Peut-être parce qu'elles ont été conditionnées à faire toujours le jeu des hommes...
Eh bien moi. je vais sortir mon disque : c'est Disco-Méno-pause. Frisco-Ménopause : j'ai commencé le texte et la musique. D'abord je chanterai "a capella" comme on dit  :"parlez-moi d'amour"; je trouve que c'est une belle chanson; je ferai dans le genre-chanteuse-ovarienne. ensuite je passerai au disco. Je vous ai... me : disco : mois je suis bip-bip-bip-bip sessuelle...
Les femmes ne le disent pas assez, c'est exact et cela m'énerve d'une certaine façon; enfin "m'énerve". Oui, en gros. A cause du boulot, de la famille peut-être ? Je ne sais pas, moi, c'est arrivé très tôt, je veux dire mes rencontres avec des dames.

Avant les "messieurs" ?
Non non; après, parce que pour les hommes, hélas cela a commencé alors très très tôt. Je dis hélas parce que c'était un simili viol et forcément ce n'était pas gai-gai-gai. J'ai eu de la chance, oui, c'est vrai parce que... autrement ? J'ai eu aussi des flirts sympathiques, avant et ensuite il y eut l'Irlandaise... "charmante"!

On peut donc passer cornme ça de l'amour des messieurs à celui des dames ?
Mais c'est la même chose !!!

Pour vous la sexualité, c'est forcément lié à l'amour ?
Oui... Non ? Pourquoi ??...
C'est vrai, c'est en cela que je suis retardataire, rétrograde et tout et tout ; c'est une confusion d'organes, je suppose, parce que l'amour ça devrait être le coeur, la sexualité le sexe : ce n'est pas au même endroit et moi je mélange tout ! Sérieusement, je crois que nous avons tous, les hommes et les femmes, un sentiment amoureux, un besoin extravagant d'aimer et d'être airné(e) (tout ça parce qu'on a peur de crever) et que ce sentiment amoureux qui flotte ainsi, un beau jour se fixe sur quelqu'un. D'accord, faudrait pas que ce soit le coup de miroir mais qu'est-ce que ça pourrait être d'autre ?...


Etre à la fois "hétéro" et "homo" cela arrange-t-il les choses, en ouvrant le champs des possibles ?
Oui moi. j'ai de toutes façons un champ restreint puisque je suis de "conformation" surprenante mais non, cela n'arrange rien du fout ! Je trouve que c'est compliqué, tragique à tous coups enfin. C'est très à la mode de parler de ça...

C'est très à la mode, en tout cas, de prôner la bisexualité ; le côté "il faut tout essayer".
Ah ça, je trouve que c'est révoltant et j'en ai connu des communautés où les gens se ravageaient parce qu'ils n'étaient qu'hétéros !!!.

La. fidélité a-t-elle un sens à vos yeux ?
Il s'agit presque d'un jugement de valeur : cela signifie qu'on aime toujours...

Vous croyez ?
Oui c'est pour ménager la grande sensibilité de l'autre, sensibilité que l'on a soi-même...

On ne peut donc pas aimer plusieurs personnes ?
Si, sûrement... Moi. je ne sais pas. Je ne sais rien. On cherche... On cherche ce qui pourrait être bien pour tout le monde ; d'ailleurs on devrait pouvoir faire l'amour avec n'importe quel être. Personne ne devrait se trouver en manque sexuel ; le dégoût c'est quoi ? Je ne vois pas. En réalité, nous ne sommes que des pauvres minables....

Dans les milieux artistiques n'est-on cependant pas plus ouvert que dans les autres milieux ?
Rien que superficiellement, en fait, oui oui ; les homosexualités féminines ou masculines, ne sont pas du tout admises, même là!

La norme, qu'est-ce-que c'est ?
La majorité.

Et la majorité est hétéro... A quoi cela est-il lié justement ?
Ça arrange les gouvernements en place. Qui dit hétéro dit famille, enfants etc... Tous ces gens-là en ont pour jusqu'à la fin de leurs jours à être encombrés. Avec toutes leurs histoires familiales, ils sont coincés donc soumis.

Mais le choix de l'homosexualité ou de l'hélérosexualité de quoi dépent-il, de la nature ?...
De qui vous rencontrez dans la vie. Vous rencontrez soit un homme, soit une femme, et voilà.

Une relation avec une femme vous apporte-t-ell la même chose qu 'une relation avec un homme ou est-ce tout à fait différent ?
C'est-à-dire qu'en ce qui me concerne ma relation est très privilégiée par rapport aux femmes. Dans ma vie, il en a été ainsi. Je pourrais expliquer pourquoi (on essaie tous de s'expliquer le pourquoi de telle ou telle rencontre) ;d"abord, un mauvais démarrage à huit ans et demi avec une personne  de ma famille. C'était un peu... jeune. Maintenant cela  n'aurait plus les mêmes conséquences. Alors, cela a été  très grave !
Ensuite, la chance de rencontrer des hommes gentils, pas  dans un sens péjoratif, vraiment « gentils ». Tous les êtres
que j'aime me "surprennent" d'ailleurs ; je pense, elle a fait ça, il a fait ça !
Le premier amour de ma vie. mon ex-premier amour faisait des dessins, c'était superbe et la dame irlandaise, elle était... mais d'un drôle, d'un humour ; ce qu'on pouvait rire ensemble.
Vous croyez que cela peut intéresser quelqu'un ce que je raconte ??? Il y a une amie qui me disait à ce sujet : "parce que tu es comme tu es, tu devrais parler d'amour ; cela réconforterait les "handicapés" (.éclat de riie). Elle pensait que, étant donné que je suis une très grosse dame cela rassurerait déjà tous les obèses ; enfin les obèses "débutants" parce que moi je suis une obèse installée depuis longtemps... dès l'âge de six ans.

Cela vous a été un problème important ?
Oh oui ! Oui ! Grave même ! Aujourd'hui, j'ai cinquante-trois ans je suis bien obligée d'envisager la vie "avec" mais c'est dramatique de ne pas se sentir comme les autres (j'allais dire : surtout pour une femme !!!).

En fin de compte, Colette Magny, est-ce-que cela ne vous a pas "malheureusement" aidée d'être ainsi hors normes ? Certainement. Je me suis mise encore plus complètement hors de la norme en devenant artiste après... trente-six ans. Si je peux parler comme je le fais ce n'est pas du tout parce que je suis cette artiste ou n'importe quoi d'autre, c'est parce que j'ai ressenti une humiliation profonde, parce que j'ai été reniée. C'est pour cela, d'ailleurs, que je chante ce que je chante. Je ne peux plus supporter que l'on critique quelqu'un parce qu'il est jaune, noir ou je ne sais ; je m'identifie immédiatement.

Vous avez eu la chance "également ", de rencontrer des êtres particulièrement passionnants ?...
Oui, des êtres qui m'ont beaucoup appris, qui oui été merveilleux avec moi. Et je suis certaine d'avoir été aimée, certaine, ne serait-ce qu'une lois. C'est suffisant pour toute la vie !!!? Ça "devrait" l'être. Hélas, nous avons besoin de nous sentir constamment rassurés...
Je voudrais ajouter quelque chose. Moi, si j'aime une femme c'est parce que c'est une femme. On pourrait croire après ce que j'ai dit de mes ennuis avec certains messieurs que je me suis "rabattue" sur les femmes. Eh bien non non, pas du tout ; si c'est une femme que j'aime c'est bien parce que c'est une femme pas parce que c'est un "faux-mec", un petit "julot"!

Parce que... la féminité ?
Exactement, oui exactement ! II n'y a pas longtemps que j'en suis sûre mais j'en suis sûre.

Le meilleur facteur de bonheur, alors, ce serait quoi ?
Il y en a peut-être un ? La société est si lourde .. Je me demande pourtant comment l'on réagirait si l'on était conditionné à l'homosexualité ? Vous verriez qu'il y aurait encore des « hétéros-déviant s »...
                                    
Propos recueillis par Isabelle GUILHEM.

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires