Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 juin 1982 2 08 /06 /juin /1982 15:30

Article de Christian Colombani intitulé "L'anti-sommet" publié dans Le Monde du 08/06/1982 :

A l'aune de calicot, la manifestation fut réussie. Des mètres de drap de coton, de rayonne, l'art de la lettre bâton sur fond rouge révolution, des emblèmes au pochoir sans une bavure, des dessins appliqués, des trous faits au compas contre un vent qui ce jour-là ne souffla pas dans les banderoles. Ici, la "Ligue communiste " se détachait sur un champ violet, là " Des emplois pas des bombes " éclataient dans de l'ocre jaune, et la banderole parme du M.L.F. portait ces mots, qu'on aurait dits brodés : " Femmes, nous sommes un peuple. " Mille slogans comme cent fleurs pour un bel et chaud après-midi de printemps, une armée de drapeaux, une vraie foison de coquelicots.

Les ateliers de l'extrême gauche réunie à l'appel du Comité pour le désarmement nucléaire en Europe (CODENE) avaient dû forcer les cadences pour produire, samedi 5 juin, cette marche nationale de la paix. Ils étaient peut-être vingt mille de la place Clichy à la Bastille. Autant de tendances, d'analyses marxistes de drames étrangers, de peuples asservis qu'or découvrait au passage des pancartes. Les organisations politiques ouvraient et fermaient le défilé - le P.S.U., Lutte ouvrière. Ligue communiste révolutionnaire. - tandis qu'au centre du cortège les émigrés, des Turcs, des Palestiniens, des Iraniens, des Latino - Américains, marchaient, certains portaient le drapeau d'une armée de libération, d'autres - parmi eux un petit enfant - ne montraient que les photographies agrandies de leurs torturés ou de leurs disparus, " A bas Khomeiny ! ", " Halte aux tortures en Turquie ! ", " Mitterrand complice des juifs assassins ! "

On pouvait en lire et en lire sur la trame des étoffes, des simples mots de ceux qui militaient " contre les armes nucléaires " à des formules plus idéologiques : " Menez la guerre de classe contre l'impérialisme.' " ou " Si tu veux la paix prépare la révolution ! " Des slogans imprévus aussi, des causes qu'on croyait oubliées : ' Albanie socialiste force de paix dans le monde ! ", " l'Alsace contre l'impérialisme ! " " Aujourd’hui, lançait à la sono d'une voix de meeting un " camarade responsable ", le mouvement de la paix non aligné est en train de naître. " On en voulut surtout à M. Reagan et au sommet de Versailles :

" A Versailles au fromage On nous sert le chômage. A Versailles au dessert C'est la crise qu'on nous sert. "

Ils s'acheminaient ainsi vers la Bastille, où Colette Magny et un groupe de musiciens chiliens attendaient de pied ferme que la fête continue. Pour l'instant la fête s'enlisait un peu à la hauteur du boulevard Magenta, où le service d'ordre des manifestants, débordé, ne put empêcher que des vitrines soient cassées, où la jeune garde n'avait pas pris garde qu'on venait d'incendier une agence de la B.N.P. En bout de course, place de la Bastille, les mêmes " incontrôlés " recommenceront contre les forces de l'ordre à lancer, faute de pavés, des cailloux et, pour finir, ils auront leur affrontement sec et violent avec, en plus, un lancer de grenades lacrymogènes.

Tandis qu'on écoutait vaguement les orateurs, on enroulait soigneusement les calicots autour des hampes de bois rond. Puis il n'y eut plus qu'à vider la place et une militante enleva ses oreilles de Mickey. On avait bien travaillé contre l'impérialisme américain. On n'entendait plus que le son désagréable des boîtes de Coca-Cola que les derniers manifestants poussaient machinalement du pied.

Partager cet article

Repost 0

commentaires