Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 juillet 1977 4 14 /07 /juillet /1977 10:09
Si j'en avais le courage ou l'intelligence, je serais constamment une chanteuse politique

Interview de la chanteuse Colette Magny, chez elle par le journaliste Thierry Calmettes pour l'émission "Aujourd'hui madame" (Antenne 2, réalisateur Daniel Wronecki) :

Colette Magny, est-ce que vous êtes une chanteuse engagée ?

Non. Je dis ça, cela a l'air d'une plaisanterie mais le terme est très galvaudé, cela est devenu très à la mode. Si j'en avais le courage ou l'intelligence, je serais constamment une chanteuse politique.

Quel est le contenu de vos chansons ?

Cela dépend. Ce sont des poésies, ou ce que j'appelle, cela peut paraître un peu prétentieux, des "chansons-enquêtes", ou on pourrait dire "collectives" dans une certaine mesure. Après mai 68, j'ai assisté à des rencontres entre des ouvriers dans une quarantaine d'entreprises. Et de tous les feuillets que j'ai accumulés, j'ai tiré trois chansons.

En quoi votre métier de chanteuse politique diffère-t-il des autres chanteurs traditionnels du show business ?

Ils ont des impératifs que je n'ai pas. Je suis libre. Par exemple, je n'ai pas d'impératif de sortir un disque, je ne suis jamais contrôlé à savoir combien j'ai sorti de disque. Je ne me force pas à aller à tel ou tel endroit. Je ne vois personne qui me déplaît dans la vie quotidienne.

Mais il y a un revers de la médaille à tout ça...

Ah oui. il y en a un seul : c'est que pendant une dizaine d'années, j'ai été non-imposable. Vous voyez quelqu'un vouloir payer des impôts, c'est rare. Mais être non-imposable, c'est difficile quand même.

Ça ne vous manque pas un peu la gloire, la reconnaissance ?

La gloire, la grande audience, ça peut-être Hitler, il ne faut pas l'oublier. Je trouve extraordinaire, qu'avec très peu de presse, de radio, qu'il y ait 10.000 ou 40.000 personnes qui puissent m'entendre dans l'année.

Est-ce que les gens viennent vous voir après un spectacle ?

Oui souvent.

Quels sont les rapports que vous avez avec eux ? ils viennent vous faire signer un autographe ?

Oh non, ça c'est assez rare. C'est pour me poser des questions difficiles parfois.

Du genre ?

Pourquoi parles-tu de la Guadeloupe alors qu'il y a la Martinique ? Pourquoi fais-tu quelque chose sur les Panthères noires aux États-Unis au lieu de l'impérialisme français au Tchad ?

Vous vous adressez à des convaincus ?

Non, non. Les personnes qui aiment Claude François, vont l'écouter alors il prêche des convaincus. Pour moi, c'est pareil. Il y a toujours des opposants. Quand j'ai commencé à chanter, c'était les fascistes. C'est légitime, nous n'avons pas les mêmes avis et ils venaient manifester. Bon maintenant, l'audience est un peu plus grande. Ceux qui sont "à gauche" sont un peu plus nombreux, donc il sont rarement là. Non, il y a toujours une exigence.

Est-ce que vous appartenez à un parti politique ?

Eh non !

Partager cet article

Repost 0

commentaires