Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 décembre 1964 7 13 /12 /décembre /1964 15:17
La véhémence de Colette Magny émerveille

Article paru dans Les Lettres nouvelles (pages 182-183), Ed. Julliard en décembre 1964 :


La véhémence de Colette Magny émerveille : une voix nette, directe, sans miroitements, dit des choses nettes et directes; Magny mord à pleines dents dans la vie quotidienne, dans l'actualité politique, et elle va droit à ce qui est fondamental, crucial décisif ; ce sont les battements même du cœur de l’histoire qu’elle nous donne ainsi à entendre, dans Le Mal de Vivre :
… Ils ont laissé tuer Lumumba
les chiens mordent toujours en Alabama
la prison et le garrot tuent au pays de Goya…


Et la voix de Colette Magny se fait plus ample, plus chaleureuse encore pour saluer Un grand espoir et c'est Cuba, dans une répétition qui déferle comme la vague irrésistible du castrisme, et qu'éclaire cette savoureuse citation : Notre chance, disent les Cubains, c’est que l’Octobre Rouge ait eu lieu avant que nous ne fassions sauter Battista…


La citation chantée est une technique chère à Colette Magny et elle en tire des effets inattendus et qui feront certainement école ; des textes qu’on croyait figés dans la glace de l’histoire lointaine ou réservée à des veilles laborieuses et pénibles se réveillent, s’allument et affirment une actualité et une présence irrésistibles. Choisis ton opium et Frappe ton cœur sont ainsi construits avec des paroles d’Einstein : Dieu est subtil, mais pas malicieux ; Héraclite : Si ton âme est inculte, tes yeux, tes oreilles sont de mauvais témoins ; de Tchékhov : Une carotte est une carotte, et on ne sait rien d’autre ; de Lénine, de Souriau, Musse, Lamennais, Dostoïevski… et Jésus-Christ : Aime ton prochain comme toi-même ! Ce n’est évidemment pas sur un ton de catéchisme ou de prêche sacerdotal que le précepte de base du christianisme est modulé par Colette Magny.


Sur la voie de la révolte et de la vérité, Colette Magny ne pouvait pas ne pas rencontrer le péril atomique ; elle le dénonce dans la chanson intitulée 4 C… (Congrès mondial pour la santé mentale, Conférence internationale pour le cuir et la chaussure, Concile œcuménique, Conférence internationale pour l’arrêt des essais nucléaires), et salue avec fougue l’action et le courage de Bertrand Russel appelant les Anglais à manifester contre la bombe ; elle cite Radio Tokyo : Attention lavez bien vos légumes, attention, lavez bien vos poireaux... pour finir par dessiner, sur fond de champignons atomiques, les figures trop souvent ridicules des twisteurs.


En passant, Colette Magny, forte femme, renverse les petits-bourgeois, ceux qui se croient autorisés à dire « tu » aux Arabes et aux Noirs, ceux qui suintent la bêtise méchante et satisfaite ; le petit-bourgeois n’est qu’un modèle, largement imité. Comme pour toutes ses chansons, affirme-elle, Colette Magny s'est inspirée, dans le Beurre et la Frite, d'histoires vraies : un coiffeur qui refusait de couper les cheveux d'un médecin noir, un crémier qui tutoyait ses clients nord-africains et noirs.

Partager cet article

Repost 0

commentaires