Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 mai 1963 1 20 /05 /mai /1963 14:48

Critique parue dans Le Monde du 20 mai 1963 :

Elle a dépassé l'âge de Sheila et de Sylvie Vartan, mais c'est tout de même le genre de femme qui plaira aux moins de vingt ans... sans pour autant énerver les plus âgés. Son nom : Aretha Franklin, une Noire de Detroit, fille d'un pasteur, qui a poussé au milieu des " gospels songs ". Elle n'est pas, certes, une nouvelle Mahalia Jackson. Sa voix vise plus bas. Elle sait toutes les concessions qu'il faut au large public : un bon vibrato, des sauts... dans les cintres de la tessiture, le délire toujours proche des lèvres. L'école de Ray Charles, qui a fait ses preuves (1).

Pourquoi ne pas chanter le blues de ce côté-ci de l'Atlantique ? Colette Magny s'est lancée dans l'aventure et son entreprise n'est pas aussi téméraire qu'on aurait pu le penser. Voix d'airain, le rythme chevillé au corps, elle lance Basin Street blues ou son Melocoton avec une très belle assurance. Mais la veine de Coopération est plus contestable. Une chanson à idées qui pèse sur l'estomac (2).

(1) C.B.S., 33 t., 30 cm., BP. 153 009

(2) C.B.S., 45 t., C.G. 145 001.

PH

Partager cet article

Repost 0

commentaires